activist notes


5 Fair Trade Gabon

Fair Trade Access Program (FTAP) – Programme D’Acces au Commerce Equitable (PACE), Republique Gabonaise 

PACE Gabon [Final version, en francais seulement, Microsoft Word document, 19 pages]

From Bertrant Olliang, Libreville, Gabon.

REPUBLIQUE GABONAISE

UNION-TRAVAIL-JUSTICE

________ 

 

 

 

 

 

 

 

 

MINISTERE DES PME, DE L’ECONOMIE SOCIALE

ET DE LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE

_______________     

 

DIRECTION GENERALE DE L’ECONOMIE SOCIALE

___________          

 

 

 

 

 

PROGRAMME D’ACCES

AU COMMERCE EQUITABLE

_______________________________            

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AVANT-PROJET DU PROGRAMME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

I)                   GENERALITES

 

a)    Zone du Programme

 

Le Programme d’Accès au Commerce Equitable sera réalisé et exécuté en République Gabonaise par le Ministère en charge de l’Economie Sociale avec l’appui des partenaires locaux et extérieurs. Le Gabon dispose d’une superficie de 266.667Km2 et d’une population avoisinant 1,2Millions habitants. Il est couvert à près de 80% par la forêt. Avec une économie de rente, le pays est fortement endetté. Des initiatives sont lancées aujourd’hui afin de diversifier l’économie et faire face au déclin de la production pétrolière observé ces dernières années.

 

Les métiers artisanaux et agricoles ne sont pas bien organisés mais des efforts et des initiatives du Gouvernement sont en cours. L’agriculture et l’artisanat ne permettent pas aujourd’hui aux populations d’en vivre. Les populations pratiquent généralement une agriculture vivrière et de rente.

 

Le Programme sera accessible à toutes les populations locales. Ainsi, dans chaque province seront constituées des organisations et/ou entreprises d’Economie Sociale spécialisées dans le Commerce Equitable. Le pays dispose d’un potentiel naturel pour développer le Commerce Equitable que ce soit dans l’alimentaire, l’artisanat ou les services.

 

b)    Résumé du Programme

 

Le Programme d’Accès au Commerce Equitable (P.A.C.E) est une initiative du Ministère gabonais chargé de l’Economie Sociale. Il s’articule autour de quatre points principaux :

-         identification des produits/services et producteurs par filière au niveau national éligibles ou à soumettre à l’éligibilité de la filière Commerce Equitable ;

-         incitation au regroupement par filière des producteurs gabonais (artisans et fermiers) afin de créer des solidarités agissantes ;

-         institution d’un cadre de concertation permanent entre l’Etat, les producteurs, les partenaires au développement et les organisations internationales non gouvernementales de Commerce Equitable par la création d’un Bureau Gabonais de Promotion du Commerce Equitable ;

-         intégration des producteurs gabonais dans la filière Commerce Equitable.

 

A travers ce Programme, le Gouvernement gabonais n’a nullement l’intention de mettre en place ses propres règles, normes et principes de Commerce Equitable au niveau local. Il s’agit de promotion de ce commerce alternatif qui donne de la dignité aux producteurs du Sud en leur procurant les moyens de se prendre en charge. De plus, ce commerce intègre les orientations du Gouvernement en matière de lutte contre la pauvreté, de diversification de l’économie et de développement durable.

 

Par ailleurs, de part ce programme, le Ministère entend encadrer, promouvoir et protéger les différents acteurs, normes, principes et activités du Commerce Equitable Gabon sur la période 2008-2010.

 

c)    Définition du Commerce Equitable

 

D’après le Consensus de FINE[1], acronyme des quatre plus grandes organisations de Commerce Equitable, le Commerce Equitable est défini comme étant « un partenariat commercial basé sur le dialogue, le respect et la transparence […]». Il offre aux producteurs et aux travailleurs les meilleures conditions de rémunération.

 

Le Commerce Equitable a été mis en place par les Organisations caritatives c’est-à-dire sans but lucratif dans les années 40 notamment Artisans du Monde[2] et Ten Thousands Villages afin de répondre à l’inéquité du système commercial international base sur la fixation du prix par le marché. En effet, dans le cadre du Commerce Equitable, le prix, les standards et les normes du partenariat commercial sont définis par les producteurs et les organisations de Commerce Equitable. De plus, une prime est versée aux organisations de producteurs afin de financer les investissements communautaires.

 

Ainsi donc, pour intégrer la filière, les producteurs sont appelés à se constituer en coopérative ou autre forme d’association régie par les principes évoqués plus haut. Ce sont généralement des organisations issues de l’entreprenariat collectif et par conséquent de l’Economie Sociale.

 

d)    Principes du Commerce Equitable

 

Pour chaque secteur, qu’il soit artisanal, agricole ou touristique, le Commerce Equitable est guidé par les principes suivants :

-         juste prix ou salaire ;

-         respect de l’environnement ;

-         organisation démocratique ;

-         transparence ;

-         engagement à long terme ;

-         investissement communautaire ;

-         respect des droits humains ;

-         minimisation des intermédiaires.

 

e)    Produits certifiés et/ou ‘intégrés’ Commerce Equitable

 

La filière Commerce Equitable est caractérisée par la nécessité de disposer d’une certification pour pouvoir y vendre. Aussi, est-il possible de rencontrer des produits certifiés (FLO, etc.) d’une part et, d’autre part des personnes morales respectant les principes de la filière (cas de Magasin du Monde, Boutique Oxfam[3]). Ces dernières vendent outre les produits certifiés, des produits  jugés conformes aux principes du commerce équitable et donc pas nécessairement certifiés.

 

Par ailleurs, on dénombre trois types de produits à savoir :

-         les produits agricoles et dérivés, il s’agit de : banane, ananas, cacao, café, épices, choux palmiste, chocolat, sucre, riz, thé, mangue, fleurs, vin, miel, bière, coton, vêtements, ballons, etc.

-         les produits artisanaux, jouets, meubles et objets utilitaires ;

-         les produits touristiques, pour le moment le secteur des services de la filière est concentré sur  le Tourisme Equitable.

 

II)                PRESENTATION GENERALE DU PROGRAMME

 

Depuis plus d’une décennie, beaucoup de pays en développement notamment d’Afrique, d’Amérique Latine et d’Asie sont présents dans la filière Commerce Equitable. Au plan africain, on peut citer sans être exhaustif le Ghana, le Burkina Faso, le Rwanda, la RDC, le Kenya, l’Afrique du Sud, le  Sénégal, le Cameroun, l’Egypte, le Maroc, la Namibie, … Cette présence a souvent été facilitée par les ONG du Nord installées dans ces pays.

 

La particularité et la force de l’initiative d’un PACE par le Gouvernement donne un intérêt particulier au développement du secteur de l’Economie Sociale. Le Gabon pourrait être précurseur dans le monde, en réalisant ce programme, et ainsi inspirer d’autres pays en développement.

 

L’élaboration du PACE prend en compte et intègre la vision du DSCRP[4] ainsi que les OMD[5]. En effet, l’accès au Commerce Equitable permettant aux populations de se prendre en charge amène les producteurs à investir dans les piliers de la Stratégie de Croissance et de Réduction de la Pauvreté c’est-à-dire :

-         Pilier 1 : la Promotion d’une croissance forte et soutenue bénéfique aux pauvres ;

-         Pilier 2 : l’amélioration des infrastructures.

-         Pilier 3 : l’amélioration de l’accès des populations aux services essentiels ;

-         Pilier 4 : l’amélioration de la gouvernance.

 

A.    Objectif général

 

Comme son intitulé l’indique, le Programme d’Accès au Commerce Equitable a pour finalité principale l’intégration d’un millier de producteurs gabonais dans la filière Commerce Equitable à l’horizon 2010 par la création d’une centaine d’organisations de l’Economie Sociale spécialisées dans le Commerce Equitable.

 

B.    Objectifs spécifiques

 

Dans le cadre des engagements inscrits dans le Document de Stratégie et de Croissance de Réduction de la Pauvreté (DSCRP) du Gouvernement gabonais, la mise en œuvre du Programme d’Accès au Commerce Equitable (P.A.C.E) contribuera fortement à la :

-         diversification de l’économie ;

-         promotion d’une croissance durable ;

-         vulgarisation de la notion de Commerce Equitable au niveau national ;

-         mise en œuvre de programme éducatif sur le Commerce Equitable ;

-         création d’un Bureau Gabonais de la Promotion du Commerce Equitable ;

-         présence du Gabon dans les réseaux de Commerce Equitable ;

-         lutte contre la pauvreté et création d’emplois en milieu rural ;

-         relance de l’agriculture et de l’artisanat ;

-         valorisation du patrimoine culturel ;

-         augmentation des revenus de l’Etat par l’impôt collecté à l’Export ;

-         mise en place d’un système portage des produits commerce équitable avec les grands exportateurs ;

-         promotion des droits humains et des valeurs d’éthique, d’équité, de justice et de responsabilité ;

-         rémunération juste du travail des producteurs ;

-         préservation et protection de l’environnement et du patrimoine culturel ;

-         etc.

et au :

-         développement de infrastructures communautaires ;

-         regroupement des producteurs en suscitant les solidarités agissantes ;

-         développement du commerce des produits et services alternatifs intégrant la notion de développement durable ;

 

C.    Résultats attendus

 

Globalement, le Commerce Equitable entraînera :

-         une amélioration du pouvoir d’achat des producteurs ;

-         une contribution des opérateurs privés au Programme dans le cadre du portage ;

-         une baisse de l’exode rural et probablement un exode urbain à terme ;

-         un accroissement des exportations de produits artisanaux et agricole gabonais ;

-         une émergence des recherches académiques sur le Commerce Equitable ;

-         une création d’emplois par les acteurs de Commerce Equitable ;

-         un accroissement des devises tirés du Commerce Equitable ;

-         un développement des solidarités par la multiplication des regroupements ;

-         une présence des produits gabonais (raphia, ananas, etc.) dans la filière Commerce Equitable ;

-         une création d’emplois par la filière commerce équitable ;

-         une création d’organisations spécialisées dans la filière commerce équitable ;

-         etc.

 

D.    Activités du Programme

 

Les activités du PACE font l’objet de sept projets, il s’agit de :

 

ü     SENSIBILISATION ET FORMATION

ü     IDENTIFICATION DES PRODUCTEURS GABONAIS

ü     IDENTIFICATION DES PRODUITS ET SERVICES ELIGIBLES

ü     IDENTIFICATION DES PARTENAIRES STRATEGIQUES

ü     REGROUPEMENT PAR FILIERE ET PAR PRODUIT

ü     CONCERTATION AVEC LES CERTIFICATEURS

ü     INTEGRATION DE LA FILIERE COMMERCE EQUITABLE

 

Portée sur la période 2008-2010, le Programme d’Accès au Commerce Equitable (PACE) des producteurs gabonais dont l’objectif est de faciliter l’intégration dans la filière de nos artisans et fermiers commande au préalable la réalisation des projets ci-après :

 

1.     SENSIBILISATION ET FORMATION

 

Le mouvement du Commerce Equitable, bien que remontant au début de la seconde guerre mondiale, demeure encore peu connu aujourd’hui du public. On distingue ainsi deux principaux champs d’actions des acteurs de la filière :

-         champ commercial ;

-         champ campagne, sensibilisation et lobbying.

 

De ces champs, s’identifient les différents acteurs institutionnels qui peuvent être publics ou privés. Dans le cas du Gabon, le principal interlocuteur et précurseur du Commerce Equitable demeure le Ministère en charge de l’Economie Sociale depuis sa création en 2006.

 

Il a, à ce titre, organisé deux principaux séminaires de sensibilisation en septembre 2006 et août 2007 à Libreville. Toutefois, peu de personnes sont informées et sensibilisées sur la notion de commerce équitable. Ailleurs, le monde scientifique s’investit chaque jours par la recherche et des publications sur cette filière mais aussi par le développement des programmes de formation.

 

Une meilleure appréhension, appropriation et acceptation du commerce équitable par les producteurs, principaux bénéficiaires, devrait passer par des actions mesurables pouvant nous permettre en 2010 de juger du succès ou non du P.A.C.E. Les Ministère de l’enseignement supérieur et de l’Education Nationale seront de partenaires importants pour le volet sensibilisation et formation.

 

Au Canada, on trouve aujourd’hui des ouvrages destinés à l’enseignement du Commerce Equitable tant au secondaire qu’au primaire. Aussi, des programmes de formation sur l’Economie Sociale y compris le Commerce Equitable sont ouverts dans certaines universités du Nord[6], et font l’objet de recherches scientifiques.

 

Au-delà de ce qui a déjà été fait à Libreville, les actions suivantes sont à mener :

-         campagnes de sensibilisation sur l’ensemble du territoire ;

-         identification et formation d’animateurs dont le rôle sera de vulgariser le commerce équitable à l’intérieur du pays ;

-         identification des artisans, fermiers et groupes communautaires pouvant intégrer la filière commerce équitable ;

-         élaboration de curricula de formation en milieu scolaire et universitaire.

 

2.     IDENTIFICATION DES PRODUCTEURS GABONAIS

 

Phase essentielle du P.A.C.E, l’intégration dans la filière commerce équitable nécessite une identification au niveau national des producteurs gabonais pouvant intégrer la filière. Il s’agit de artisans et fermiers.

 

Le Ministère de l’Economie Sociale est appelé à identifier les producteurs locaux pouvant intégrer la filière. Ainsi, ces derniers recevront une assistance et un appui et,  constitueront un échantillon de producteurs qui fera l’objet d’un suivi particulier. Cette identification devra se faire par secteur (artisan/fermier), par province et par produit. Ainsi :

 

Les stratégies à adopter pour l’identification des producteurs et produits pourraient être les suivantes :

-         missions pour identification des producteurs et des produits ;

-         délégation de service d’identification à un opérateur privé ;

-         recours aux organes décentralisés de l’Etat (Gouverneur, Préfet, Maire, Chefs de quartier, Chef de Canton, Chefs de villages).

 

Un échantillon sera constitué par province sous forme de grappes pour l’échantillon national. Pour des raisons d’efficacité, d’efficience et de coût, il est recommandé de cibler avec trois provinces par an. Ainsi, trois provinces seront concernées chaque année soit trois province par an sur trois ans, ce qui au bout de trois ans nous permettre d’atteindre tout le territoire. Le choix des provinces doit toujours être guidé par les orientations gouvernementales contenues dans la feuille de route de l’action du Gouvernement ; les politiques sectorielles et les objectifs définis dans le DSCRP.

 

L’élaboration de la base d’échantillonnage (liste des producteurs) devra se faire avec l’appui technique des ministères du Commerce, de l’Artisanat, de l’Agriculture, du Tourisme, de la Vie Associative et du Ministère de la Planification.

 

3.     IDENTIFICATION DES PRODUITS ET SERVICES ELIGIBLES

 

La filière commerce équitable encore en développement et très complexe par son processus d’intégration ne compte pas dans son circuit tous les produits du marché conventionnel. Pour chaque produit, il existe des standards généraux et spécifiques en matière de qualité, de normes de travail et de production. Ceux-ci sont définis entre les organisations techniques (certificateurs, auditeurs, etc.) et les producteurs.

 

Pour le cas du Gabon, on a d’une part les produits éligibles au commerce équitable c’est-à-dire existant déjà dans la filière et d’autre part les produits locaux typiques pouvant être soumis à l’éligibilité. Pour le premier groupe, on a :

-         ananas ;

-         banane ;

-         sucre ;

-         miel ;

-         café ;

-         cacao ;

-         vêtement ;

-         meubles et objets décoratifs ;

-         tourisme équitable ;

-         etc.

pour le second groupe, il y a :

-         raphia ;

-         rotin ;

-         pierre de mbigou ;

-         bambou ;

-         etc.

 

Outre ces produits, le Gabon pourrait aussi développer les services commerce équitable à savoir le Tourisme Equitable.

 

4.     IDENTIFICATION DES PARTENAIRES STRATEGIQUES

 

Toute entrée dans la filière commerce équitable est conditionnée par la certification délivrée par IFAT, FLO, COFTA[7], Oxfam, Magasin du Monde[8], Artisans du Monde, etc. Pour le succès du P.A.C.E, le Ministère de l’Economie Sociale ne peut contourner ces différents acteurs. Un partenariat stratégique devra donc être tissé avec eux dans le cadre de :

-         l’assistance technique ;

-         la campagne de sensibilisation et de formation ;

-         la certification, audit et contrôle des produits et producteurs ;

-         la création d’un Bureau Gabonais de la Promotion du Commerce Equitable dont la mission sera d’accompagner et d’appuyer les producteurs locaux au cours et pendant la période de certification, de faciliter les exportations de produits commerce équitable ;

-         l’accueil d’un siège d’une organisation internationale de commerce équitable au Gabon ;

-         etc.

 

Les contacts avec les partenaires stratégiques devront être tissés maintenant et ce, durant toute la durée du programme.

 

5.     REGROUPEMENT PAR FILIERE ET PAR PRODUIT

 

Ne font partie du Commerce Equitable que des organisations ou entreprises de l’Economie Sociale (coopératives, associatives, etc.) car leur objet n’est pas de rechercher le profit mais plutôt le bien-être collectif social car les revenus tirés de la vente de leurs produits et/ou services sont réinvestis dans les infrastructures communautaires.

 

Après avoir identifié les producteurs et les produits éligibles et/ou à soumettre à l’éligibilité au commerce équitable, le Ministère de l’Economie Sociale devra procéder au regroupement par filière et par produit de ces producteurs. Ainsi, seront créés des organisations de producteurs par produit, par filière et ce, dans chaque Province et/ou Département.

 

Ces dernières bénéficieront de l’appui nécessaire pour intégrer la filière. Elles seront organisées selon les principes du commerce équitable. Leurs représentants seront désignés par leurs membres lors des différentes rencontres avec les certificateurs initiées par le Ministère.

 

On aura donc de grands groupements de producteurs capables de répondre à la demande à l’export tels que :

-         Coopératives des Producteurs d’Ananas de … ;

-         Groupement des Tisseurs de Raphia de … ;

-         Union des Tailleurs et Sculpteurs de la Pierre de Mbigou de … ;

-         Association des Producteurs de Cacao/Café de … ;

-         Etc.

 

Cette méthode à l’avantage d’anticiper sur les exigences que feront les certificateurs à l’endroit des producteurs. Le Ministère devra donc être prospectif à ce sujet.

 

6.     CONCERTATION AVEC LES CERTIFICATEURS

 

Intégrer la filière du Commerce Equitable demande de passer certaines étapes préalables outre celles déjà précitées, rencontrer les principaux intervenants de la filière (Certificateurs, importateurs, centrales d’achat, etc.). Cela passe donc nécessairement par une concertation avec les différents acteurs locaux et internationaux dont les contours des discussions permettront de :

-         s’engager durablement dans l’aboutissement du P.A.C.E ;

-         répartir les tâches et responsabilités des parties ;

-         définir un chronogramme de travail étalé sur trois ans sinon plus ;

-         proclamer la Charte Gabonaise du Commerce Equitable ;

-         mettre en place une Coordination/un Bureau du P.A.C.E comprenant les trois parties ;

-         mettre en œuvre le P.A.C.E

-         etc.

 

La Concertation se fera en deux étapes :

-         La première devra se tenir au second semestre de l’an 2008, elle verra la participation de toutes les parties identifiées dans le présent document. Cette rencontre constituera la base fondamentale de partenariat entre les différents acteurs. Ces derniers seront chargés d’amender, de valider et d’adopter le PACE ;

-         La seconde concertation, est celle qui devra se faire tout au long de l’exécution du PACE, elle est régie par l’organisation et le fonctionnement du Bureau Gabonais de Promotion du Commerce Equitable.

 

7.     INTEGRATION DE LA FILIERE

 

Ultime étape du Programme, l’intégration de la filière Commerce Equitable par les producteurs gabonais toutes branches confondues devrait intervenir à l’horizon 2010. Cela suppose au préalable que le Ministère aura déjà réalisées les activités précédentes et permis à aux producteurs d’obtenir une certification. Le volet intégration comprend deux points à savoir :

-         l’intégration institutionnelle, il s’agit pour le Gabon d’adhérer aux différents organismes et réseaux de promotion du Commerce Equitable ;

-         l’intégration commerciale, elle porte sur l’accès des producteurs au Marché du Commerce Equitable.

 

Aussi, à cette étape, des organisations ou entreprises de l’Economie Sociale spécialisées dans la filière auront été constituées dans le respect des principes y afférents. Les activités de soutien ici, porteront sur la production, l’exportation, la certification et la commercialisation des produits et/ou services Commerce Equitable.

 

Les activités du PACE sont résumées dans la figure ci-après :

 

DIAGRAMME DES ACTIVITES DU PACE

Identification des producteurs, produits, partenaires, etc. (2)

Intégration institutionnelle et au marché commerce équitable (5)

 

Sensibilisation et Formation  des populations (1)

 

Regroupement des producteurs par filière et par produit (3)

Concertation au sein du Bureau et suivi  du PACE

(4)

 

Le succès du Programme demande d’énormes moyens matériel, technique, humain et financier. Leur disponibilité devra se faire dans l’immédiat au risque de revoir à la baisse les ambitions du Programme d’Accès au Commerce Equitable.

 

E.    Moyens MHF

 

La mise en œuvre du P.A.C.E va nécessiter la mise à disponibilité de moyens :

1.     Matériel

 

Pour chacune des principales activités du programme  (Sensibilisation, formation, identification, concertation, regroupement et intégration), il faudra :

-         du matériel roulant, pour faciliter le suivi du processus sur toute l’entendue du territoire national ;

-         du matériel informatique, dans le cadre de la collecte des données et de l’évaluation au quotidien du programme ;

-         du matériel de bureau (papeterie, stylos, etc.) ;

-         du matériel didactique (ouvrages, publications, recherches, vidéos, brochures, posters, etc.)

-         etc.

 

2.     Humain

 

Outre le personnel du Ministère de l’Economie Sociale, les ressources humaines indispensables au programme seront constituées des producteurs, principaux bénéficiaires, des organisations internationales de Commerce Equitable et d’autres spécialistes du domaine.

 

Les stagiaires seront solliciter pour travailler avec tous les acteurs du programme et ce, sur l’ensemble du territoire. Sont visés comme stagiaires, les étudiants et les chercheurs. Leurs travaux pourront enrichir ou permettre d’améliorer le programme. Le cadre partenarial de gestion des stagiaires sera défini entre le Ministère de l’Economie Sociale et ses partenaires.

 

Une assistance technique sera utile pour l’accompagnement des producteurs au quotidien mais aussi pour la facilitation des procédures au niveau du gouvernement.

 

3.     Financier

 

Le financement du programme demande des moyens financiers énormes afin d’atteindre les objectifs ci-dessus visés dont la responsabilité de la mise en œuvre incombera au Bureau Gabonais de Promotion du Commerce Equitable.

 

Les fonds collectés devront être gérés par le Bureau sous le contrôle de toutes les parties prenantes. Ils alimenteront le budget de fonctionnement, d’investissement et des dépenses diverses de cette entité administrative, technique et professionnelle.

 

F.    Impacts du programme

 

On attend du programme qu’il influence les habitudes des populations sur les modes de production et de consommation. Aussi, pourra-t-il impacter les comportements par l’appropriation par les populations des concepts de solidarité, d’éthique, d’équité, de transparence, des droits humains et de démocratisation de la gestion des organisations. Ces impacts seront mesurables à la fin du programme.

 

G.   Suivi-évaluation

 

La filière Commerce Equitable est depuis sa création, du point de vue des initiatives, sous le leadership total des acteurs non étatiques. Dans le cas particulier du Gabon, c’est l’inverse qui se produit.

 

En effet, le Ministère de l’Economie Sociale, depuis sa création en 2006, ne cesse de faire du Commerce Equitable un des piliers fondamentaux de sa politique. C’est pourquoi, il développe aujourd’hui un Programme d’Accès au Commerce Equitable dont la mise en œuvre et le suivi devraient être assurés par le Bureau Gabonais de Promotion du Commerce Equitable sous le contrôle direct du Ministre en charge de l’Economie Sociale.

 

Le Bureau Gabonais de Promotion du Commerce Equitable devra identifier, élaborer et définir les indicateurs de suivi des résultats du programme. De plus, un échantillon pilote de producteurs par filière sera nécessaire pour évaluer les effets incrémentiels du programme sur les comportements des producteurs et des populations bénéficiaires directes ou non du programme d’accès au commerce équitable.

 

Composantes du Bureau Gabonais

de Promotion du Commerce Equitable

Partenaires au Développement

 

Producteurs locaux

Organisations internationales de Commerce Equitable

 

Etat Gabonais

Bureau Gabonais de Promotion du Commerce Equitable

 

H.    Partenaires ciblés

 

Le Ministère de l’Economie Sociale sollicite les producteurs, principaux bénéficiaires, les partenaires au développement et les organisations internationales de commerce équitable dans l’élaboration et la mise en œuvre du programme. Une liste non exhaustive des partenaires ciblés est présentée ci-dessous :

 

a)    Organisations Internationales de Commerce Equitable :

 

Il s’agit essentiellement des :

1.     Certificateurs;

2.     Importateurs;

3.     Centrales d’achat;

4.     Organisations spécialisées dans les campagnes, formation, lobbying et l’assistance technique ;

5.     Centres de recherche sur le commerce équitable.

 

b)    Partenaires au Développement:

 

Sont visés, les:

1.     Missions diplomatiques ;

2.     Organismes de coopération ;

3.     etc.

 

c)    Ministères techniques

 

Le Ministère de l’Economie Sociale associera, pour l’harmonisation des politiques gouvernementales et une meilleure cohérence des actions de l’Etat gabonais, les autres ministères ayant une compétence directe/indirecte sur le Commerce Equitable. Ainsi, les ministères ci-après sont concernés :

1.     Environnement

2.     Droits Humains

3.     Tourisme

4.     Commerce

5.     Agriculture

6.     Artisanat

7.     Economie

8.     Planification

9.     Education Nationale

10.         Enseignement Supérieur.

 

Les contributions (matérielle, financière, assistances techniques, etc.) de tous ces potentiels partenaires, au Programme d’Accès au Commerce Equitable, seront définies au cours de rencontres entre le Ministère de l’Economie Sociale et ces derniers. Pour chaque partenaire stratégique identifié, il faudra définir ensemble :

 

ü    Champs d’action

ü    Appuis possibles

ü    Engagements fermes

ü    Obligations synallagmatiques

ü    Calendrier

ü    Personne ressource et contact

ü    Etc.

 

I.       Coût du Programme

 

Le coût total du Programme d’Accès au Commerce Equitable (P.A.C.E) sur la période 2008-2010 est estimé à 271,225 millions de Francs CFA (environ 413.479,847 Euros). Le P.A.C.E sera financé sur trois ans par l’Etat gabonais mais aussi avec les contributions des partenaires au développement. Les grandes lignes de ce programme sont présentées dans le tableau ci-dessus :

 

(NB : la parité Franc CFA/Euros est de 1Euro pour 655,957Fcfa. Elle est fixe)

 


PLANIFICATION ORGANISATIONNELLE DU PROGRAMME D’ACCES AU COMMERCE EQUITABLE 2008-2010

 

ACTIONS

ACTIONS

SPECIFIQUES

MOYENS

COMMENT

COÛT

PERIODE

HYPOTHESES

RESULTATS ATTENDUS

SENSIBILISATION ET FORMATION

-Identification des cibles et partenaires

-Vulgarisation

-Formation des populations

-Zonage des actions sensibilisation et de formation

-Développement de la recherche académique sur le Commerce Equitable

-Célébration de la Journée Mondiale du Commerce Equitable

 

 

 

 

-Humains ;

- Matériels ;

- Financiers.

 

 

-Débats/conférences

-Séminaires

-Campagnes

-Emissions Radio/TV

-Rencontres

-Publications

-Recherche

50M

2008-2010

 

 

Disponibilité de moyens matériel, humain et financier

-Animateurs formés

-Connaissance du Commerce Equitable au plan national et à tous les niveaux

-Publications et recherches académiques sur le Commerce Equitable

-Enseignement du Commerce Equitable au primaire/secondaire/ Université

IDENTIFICATION DES PRODUCTEURS

-Zonage

-missions d’identification de producteurs par province

-Regroupement par province par secteur

-etc.

 

 

MHF

-Visite/Mission de terrain

-Enquêtes

-Liste Ministères Agriculture et Artisanat

50M

2008-2010

 

Disponibilité de moyens matériel, humain et financier

 

 

Liste des producteurs par province par secteur.

IDENTIFICATION DES PRODUITS ET SERVICES ELIGIBLES

-Identification des potentialités nationale et locale par province

-Identification des groupes disposés à assurer les services

 

 

MHF

-Visite de terrain

-Etude documentaire

-Enquêtes

-Recensement

 5M

 

2008-2010

 

 

Disponibilité de moyens MHF

 

 

Liste de produits et services éligibles au C.E

IDENTIFICATION DES PARTENAIRES STRATEGIQUES

-Elaboration liste de potentiels partenaires par secteur  d’intervention

-Prise de contact et invitation

 

-Internet

-Téléphone

Contacts Electronique et téléphonique

2,7M

2008-2010

Accord de principe de partenariat

Partenaires identifiés et ciblés

REGROUPEMENT PAR FILIERE ET PAR PRODUIT

-Regrouper par produit

-Regrouper par filière

-Création de coopératives,…

-Informer et former les producteurs

Moyens MHF

Synthèse de la collecte de données sur l’identification des producteurs et produits/services.

9M

 

2008-2010

Disponibilité des listes de producteurs et produits

Annuaire des coopératives éligibles au C.E par filière et par produit

CONCERTATION AVEC LES CERTIFICATEURS

-Préparation d’un projet de protocole d’accord

-Invitation des certificateurs

-Amendement et adoption du PACE

-Engagement des parties au PACE

-Suivi du Programme

 

 

Moyens MHF

- Rencontres des différents acteurs au Gabon ;

- Voyages ;

- Séminaire/Ateliers

- Evaluation des projets et perspectives

44,525M

 

 

2008-2010

Disponibilité des partenaires ciblés et des moyens MHF

-Producteurs, Etat et partenaires mobilisés

-Elaboration d’une feuille de route commune Etat, Producteurs et ONG de C.E

CREATION ET FONCTIONNEMENT DU BUREAU GABONAIS DE PROMOTION DU COMMERCE EQUITABLE

-Préparation d’un projet de texte organique

-Elaboration d’un Plan stratégique et organisationnel

-Mise en œuvre du PACE

-Elaboration des rapports d’activités

 

 

Moyens MHF

Adoption texte ;

Désignation des membres (Certificateurs-Etat-Producteurs) ;

Financement Bureau

 

 

60M

 

 

 2008-2010

Aval de la hiérarchie et disponibilité de moyens MHF

 

-Bureau connu et fonctionnel entériné par un Arrêté Ministériel

-Producteurs, Etat et partenaires mobilisés et impliqués

 

 

 

 

 

 

INTEGRATION FILIERE COMMERE EQUJITABLE

-Organisation des producteurs en coopérative

-Adhésion aux différents réseaux du Commerce Equitable

-Formation des producteurs sur le C.E

-Certification des produits gabonais

-Recherche d’importateurs et centrales d’achat

-Commercialisation des produits gabonais dans la filière

 

 

 

 

 

Moyens MHF

 

 

 

Fonctionnement, organisation et exécution missions assignées au Bureau Gabonais de Promotion de Commerce Equitable

 

 

 

 

 

50M

 

 

 

 

 

2008-2010

 

 

 

 

Bureau fonctionnel et disponibilité des moyens MHF pour réaliser le PACE

-Existence de coopératives de commerce équitable au Gabon

-Produits gabonais disponibles sur le marché commerce équitable

-Prise en charge partielle/totale frais de certification des producteurs locaux

-Présence du Gabon aux réseaux de Commerce Equitable (ex :COFTA)

 

 

 

COUT TOTAL

271,225M

 

 

 


III)              CONCLUSION

 

Ayant conscience des difficultés que rencontrent les producteurs locaux à s’insérer dans le commerce conventionnel d’une part et, d’autre part au regard des recommandations faites par les populations lors des différents séminaires organisés par le Ministère de l’Economie Sociale sur le Commerce Equitable en 2006 et 2007, le PACE représente une opportunité indéniable pour lutter contre la pauvreté qui frappent ces personnes.

 

De plus, le PACE est un excellent moyen de création d’emplois en milieu rural et d’insertion de personnes retraitées ou exclues du commerce internationale. Il peut constituer un levier important pour le développement de l’arrière-pays.

 

La collaboration de tous les ministères techniques et des partenaires invités constitue le fondement essentiel du succès effectif de ce Programme très attendus par les populations.

 

Enfin, mettant en exergue les opportunités qu’offre le Commerce Equitable, Monsieur Jean EYEGHE NDONG[9], Premier Ministre Chef du Gouvernement a dit : « […] le Commerce Equitable apparaît aujourd’hui comme une stratégie appropriée pour l’insertion des pays en développement dans le commerce international ».                        

                                                                                                                                            Le Chargé d’Etudes

 

 

 

Bertrant J. OLLIANG ANGONE

 

Pour toute information complémentaire, veuillez contacter :

Le Ministère chargé de l’Economie Sociale                                                         

Libreville, GABON (Afrique Centrale)

BP :____________

Tél :_____________

Email : mpspesa@yahoo.fr 

 

 



[1] FLO(FairTrade Labelling Organisation), IFAT(International Federation for Alternative Trade), NEWS(Network of European Worldshops) et EFTA(European FairTrade Association)

[2] Artisan du Monde dispose d’un des plus grand réseau de Magasins spécialisés dans le Commerce Equitable

[3] Oxfam est une ONG Internationale spécialisée dans l’humanitaire mais aussi le plaidoyer, les campagnes et le lobbying pour un Commerce Equitable

[4] Document de Stratégie et de Croissance de Réduction de Pauvreté (Gabon)

[5] Objectifs du Millénaire pour le Développement.

[6] Cas de la Chaire de l’Economie Sociale de l’Université de Montréal au Canada.

[7] Cooperation for Fair Trade in Africa (Démembrement de l’IFAT en Africa basé au Kenya).

[8] Chaîne de Magasins spécialisés dans le Commerce Equitable.

[9] Extrait de la correspondance du Premier Ministre adressée au Ministre de l’Economie Sociale le 11 Mai 2007


1 Comment so far
Leave a comment

I would be happy to translate this, if no one has volunteered yet. Contact me by email (rachelblumesmall at gmail) to let me know if you’re still looking for someone and when you would hope to have it done by.
Looking forward!
-Rachel

Comment by Rachel Small




Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s



Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

%d bloggers like this: